LOOSE HEART

Fresnes Live 76

MLP 6 titres | (p)&(c) 2018 Mémoire Neuve | MN028 | 300 copies | En stock

TRACKLIST

FACE A : Hot as a gun - Alone - Sex now

FACE B : 1000 dreams - Pictures - I say


HISTORIQUE

Loose Heart était un groupe parisien de punk-rock créé en 1976 à la suite de la séparation du groupe pré-punk Strike Up (1974-1976), creuset du punk parisien puisqu'il compta en son sein pas moins de deux futurs membres de Métal Urbain, un futur membre de Suicide Roméo et un futur membre de Stinky Toys.

Loose Heart (1976-1977) fut constitué de Pierre Goddard (Chant, Guitare, futur 1984 et Suicide Roméo), Pascal « Woony » Regoli (Basse, membre du groupe Angel Face) et Hervé Zénouda (Batterie, chœur, futur Stinky Toys et Mathématiques Modernes). Le groupe proposa une musique au croisement des Stooges et du MC5 auquel se rajoutaient des influences expérimentales (solos de guitare électrique bruitistes) et des textes d'inspiration futuriste (avec des thèmes abordés comme la déshumanisation, le rapport aux médias, l'isolement urbain, la robotisation...). Après quelques concerts en grande partie autoproduits dans la région parisienne (MJC de Fresnes le 23 novembre 1976, MJC de Crépy-en-Valois le 11 décembre 1976, Faculté Charles V à Paris le 16 décembre 1976, au théâtre Mouffetard le 31 janvier 1977 et le 11 avril 1977), le groupe se dissout en 1977, Pierre Goddard désirant se rapprocher de l'esthétique du punk anglais, ce qu'il fera avec le groupe 1984. Pascal « Woony » Regoli continuera de son côté à jouer avec le groupe Angel Face et Hervé Zénouda à jouer de la batterie avec les Stinky Toys.

Le groupe ne sortit aucun disque pendant sa courte existence. Néanmoins un enregistrement de répétition sortira près de 40 ans plus tard sous la forme d'un vinyle trois titres sur le label parisien Danger en 2014, et aujourd'hui le label Mémoire Neuve propose en vinyle six titres l'enregistrement du concert de Fresnes du 23 novembre 1976 capté par Pascal « Woony » Regoli.

La même année, Julien Regoli (frère de Pascal et guitariste soliste d'Angel Face) écrit un joli texte sur Loose Heart intitulé « Dictateur et schizophrène : Loose Heart, les dangers de l'absence ». Laissons-lui les derniers mots :

« Faudra-t-il le hurler ou le susurrer délicatement, LOOSE HEART est un groupe VIOLENT, comprenez par là que sa musique est ultra-violente, commotionnelle et sans restriction. Mais Violent ! Violent ! pas la violence des rues, rasoirs de nuit et braquages calibrés, celle-ci est débile et ils n'en n'ont que faire. Non, violent parce que vivant dans un monde déréglé, en folie, ou peut-être trop bien réglé, comme ces colonies d'insectes dont ils ont le cardio-morphisme pour en avoir parfois les mêmes attitudes. Petites fourmis longilignes aux carapaces noires irisées, dont on ne discerne jamais clairement le pourquoi de leurs agitations. De sorte que leur déplacement nous reste secret, semblant participer d'un cérémonial auquel nous restons étrangers...

Chez Loose Heart, chaque geste se détache dans une absence de mouvement superflu. Ils sont tendus vers ce quelque chose qui leur interdit toute dilapidation d'énergie. Cependant, ils ne cultivent aucune tendance ascétique et moins encore mystique. Ils ne sembleraient chercher une communion intense, qu'avec le moment présent dans lequel ils tentent de s'annihiler : « Sur scène, je ne vois plus rien ni personne. J'ai l'impression d'avancer continuellement sans jamais devoir m'arrêter, comme les lumières cosmiques qui apparaissent à la fin de 2001... J'aimerais que la musique continue sans que je sois obligé de jouer. De ne plus être tenu derrière mon instrument, pouvoir l'oublier. »

Sur scène Loose Heart est un groupe mat. Cependant, il ne serait pas impossible, que le groupe le plus mat soit aussi le plus solaire d'entre tous. Par mat, je veux dire qu'il ne renvoie pas les fantasmes, qu'éventuellement on peut projeter sur lui. Loose Heart ne reflète rien, que lui-même... Non seulement il n'est pas un miroir dans lequel on pourrait se reconnaître, mais en plus il aspire toutes les projections qu'il sollicite. Il se nourrit, absorbe et suce tout ce qui peut renforcer l'impact déflagrationniste de sa musique. Aux antipodes des yeux mitrailleurs et hallucinés d'un Johnny Rotten, Loose Heart est un groupe dont on pourrait dire, si cela ne devait pas porter à confusion, qu'il a une remarquable absence sur scène. Enfin, disons-le tout de suite, tout le contraire de l'inconsistance et de l'ennui torride. Comme il est des présences insupportables, il est des absences cruelles, c'est de celles-ci dont je veux parler. Ils ne s'exhibent pas sur scène, ils se retranchent.